Le manager de 2030 : un mathématicien qui vit et travaille en mode SAAS

0-MM 2014-5-20Il manage en mode SAAS selon la méthode » softskills as a service »

Mathématicien, car il connaît la formule mathématique de l’excellence relationnelle = E2A
E2 pour Ecoute et Empathie,A pour Assertivité

Expert en BIG DATA, il sait la richesse humaine diverse et n’a pas peur des différences. Adepte de Leonard de Vinci, il pense collaboratif car « Ecouter, c’est posséder outre le sien, le cerveau des autres ». Il a appris à pratiquer l’écoute active comme un voyageur explorateur et ne vit pas sa relation à l’autre, en touriste.

Curieux et confiant, il garde les yeux grands ouverts sur le monde. Et surtout, il sait rester à l’écoute.
Car il n’oublie jamais, que comme le dit François Jullien, l’excellent philosophe des transformations silencieuses, « la familiarité n’est pas la connaissance »

Le manager de 2030 est un intelligent émotionnel, il a renoncé à découper le monde en cerveaux gauches et cerveaux droits. Il sait qu’on ne laisse pas son cerveau émotionnel à la maison quand on arrive au bureau et que l’empathie est une attitude ressource précise et efficace.

Il sait que l’empathie n’est pas

  • se mettre à la place de l’autre,
  • ni ressentir ce qu’il ressent,
  • ni compatir (ça n’a jamais aidé quelqu’un de pleurer avec lui)
  • ni trouver à sa place une solution à son problème
    L’empathie, c’est comprendre avec son cerveau rationnel, l’état émotionnel de l’autre, sans le juger, sans mettre en doute sa réalité, car quoi de plus réel pour une femme, un homme que sa réalité émotionnelle présente?
    Manifester sa compréhension de l’émotion d’autrui, dans une absolue bienveillance, à la juste hauteur du ressenti de l’autre, voilà ce qu’est l’empathie.

Le manager de 2030 a conscience que l’énergie créatrice vient de la passion et des émotions. Il sait comment les écouter et les accueillir.

Enfin, engagé dans une démarche construite et choisie, de développement personnel, il se perçoit lui même comme une ressource.
Il ose dire ce qu’il pense, ce qu’il ressent vraiment, tout en étant capable d’entendre une opinion différente, une émotion dérangeante. Sans confondre « chercher à avoir raison » avec « chercher atteindre son objectif ». Il encourage l’expression assertive de ses collaborateurs et leurs réclamations constructives.
Il n’a pas peur de faire travailler d’excellents collaborateurs. Il est un chercheur de trésor : il repère les pépites chez chaque collaborateur. Il est un assembleur de talents.
Il sait que la diversité d’un écosystème permet l’innovation et il ne recrute pas des clones. Il travaille réellement en mode collaboratif, son jardin, c’est le monde.

Enfin, en plus d’être un excellent relationnel, le manager de 2030 est polyglotte : il parle notamment le langage client. Né dans un monde réseau , hyper connectif et nécessairement collaboratif, il fait la différence entre les « actifs » et les « utiles ».

Il connait par coeur les « fatal errors » en relation client, et les évite avec ses propres clients internes : ses collaborateurs
– l’absence
– l’absence de réponse
– le non respect des engagements
– les comportements non éthiques
– le flou (l’absence de choix et d’engagement)

Joute oratoire du 20 Mai 2014 – MAISON DU MANAGEMENT – Paris 5ème- Accueillis pas Philippe Detrie http://www.lamaisondumanagement.com

Prochaine HAPPY HOUR du Management 23 JUIN 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *