Eté, changez de mode : OFF line, ON relationship

Jachère : Terre non cultivée temporairement pour permettre la reconstitution de la fertilité du sol.

Parier sur la déconnexion pendant les vacances. Se déconnecter pour mieux communiquer: chiche ?

Profiter du changement de territoire pour oser le « OFF ». Off line, ON relationship. Choisir l’excellence relationnelle (écoute, empathie, assertivité) pour les siens et remettre finalement de l’ordre dans ses priorités. Vivre au présent avec eux. Être présent pour eux et aussi pour soi-même. S’écouter, s’entraîner à la pratique de l’égoïsme bienveillant, écouter davantage ses sensations, comprendre que être bien soi-même, c’est faire un cadeau à notre entourage. A l’expression « se vider la tête » (un tantinet stressante vus les efforts considérables que nous fournissons pour la remplir !), préférer le concept de vagabondage de l’âme et de corps bohémiens : attraper le premier soleil pour un run sans chrono, et pourquoi pas sans baskets, pieds nus sur le sable; traîner au lit, faire l’amour après le petit déjeuner, rester à table un peu tard et prolonger la conversation, jouer après le dîner, comme au temps de l’enfance quand les parents autorisaient la sortie dans le jardin après 21h. Étirer le temps jusqu’aux étoiles, comprendre que chaque étoile compte et doit briller pour que le ciel entier soit beau et harmonieux. Se sentir citoyen de l’univers. Positivement engagé. Connecté à nos sœurs et frères d’humanités. Pratiquer la relation avec lenteur. Avec douceur.

Choisir d’écouter l’autre. Le regarder vraiment. Se laisser gagner par l’émerveillement. Accepter de se laisser surprendre par ceux que l’on connait depuis longtemps. Ne rien prendre pour acquis. Jamais.

La familiarité n’est pas la connaissance François Jullien

Regarder nos enfants grandir, changer, évoluer. Se féliciter et se réjouir des résultats d’un travail qui nous (pré)-occupe toute l’année. Cesser de s’inquiéter. Si l’angoisse avait déjà résolu un problème, ça se saurait ! Laisser émerger les émotions provoquées par ceux qu’on aime. Accueillir les leurs, sans crainte ni jugement. Se laisser toucher par eux, et pourquoi pas pleurer si notre cœur déborde. Respirer. Avec application.

Choisir le mode off line parce que finalement, nos essentiels sont juste là, auprès de nous. Créer la bulle. Quelle que soit la formule, naviguer « au près », comme on remonte au vent sur l’océan. Posés. OKLM (traduisez au calme:)). Entendre le cadeau du petit homme de 2 ans et déjà si sage: « Viens là maman, reste ici, tout près, un petit moment avec moi ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *